Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : cat de velours
  • : tout ce qui touche à l'art textile jardinage, livre et brocante
  • Contact

 

      


Recherche

Granny Love Challenge

granny love challenge jijihook final1

Archives

http://farm6.static.flickr.com/5179/5433491197_b05b443125_b.jpg


26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 09:19



Ma nouvelle compagne que je viens de trouver Rue du Commerce (cliquer sur l’image à droite)
à un rayon loisirs créatif bien fournis.
 Elle est bien pratique pour moi lorsque je vais broder des petits ouvrages et surtout pour le perlage.
 J'y ai rangé mes plus belles perles.
 Elle m'accompagne au jardin pour profiter des derniers rayons du soleil.

Non seulement, elle est pratique mais belle

Regardez



Elle est bien pratique car bien compartimentée
pour ranger les perles




de plus près



Regardez ces boucles de ceinture anciennes, celles qui
ressemblent à un bouton sont aussi des boucles qui figureront
bientôt dans une de mes prochaines créations, ne
sont-elles pas belles ?

A votre avis que vais-je faire avec ?




Celle qui trouve la solution gagnera
une petite boîte de perles
de votre couleur préférée



Bonne soirée


j'vous dis que c'est pas encore l'automne
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 12:29

Je ne me souviens pas qui m’a demandé de faire voir mon atelier, Petzi peut-être ? Flo c’est certain. Alors accrochez-vous car ce n’est pas triste, si vous avez les yeux fragiles EVITEZ ! !

Tout d'abord ma tronche toujours entrain de faire des grimaces, je suis un vrai pitre !
j'adore faire rire



Vous me voyez broder mon prochain tableau avec du laiton sur de la porcelaine, puisque la colle ne tient pas, je peux vous dire que c'est très dur et que je suis obligée de me servir de la pince pour sortir l'aiguille,



de plus près





NON je ne recherche pas la complication !!
de toute façon mon ami Voltarène est toujours à mes côtés



bloc tiroirs dentelles et autres



un autre 4 tiroirs
tissus et je vous montre pas tout car j'ai
encore 8 blocs entre 6 et 4 tiroirs
VOUI C'EST MOI LA GOULUE !



perles







Vous les reconnaissez ?



Ma table lorsque je travaille
LE FOUTOIR !!!

dans le grand bocal se trouvent tous les  restes de tissus
 et bouts de fils pour reconstituer des tissus



kit en cours



Bonne fin de journée




Partager cet article
Repost0
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 22:57

Pour le premier anniversaire de son blog PETZI
vous enverra un cadeau si vous êtes la gagnante
alors laissez lui un commentaire et
mettez un mot sur votre blog.

 En dehors de ce jeux, je vous conseille la visite de son blog qui est
 un écrin de bijoux.

Bonne chance à toutes.


Partager cet article
Repost0
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 06:50
 
ref de l'article

Comme vous le savez j'aime l'histoire de france et le 4 août est une date importante pour notre beau pays et ce à 2  titres. Le 1er
L'ABOLITION DES PRIVILEGES
alors un peu d'histoire

La nuit du 4 août 1789 est un événement fondamental de la Révolution française, puisque, au cours de la séance qui se tenait alors, l'Assemblée constituante a mis fin au système féodal.

Depuis la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789 , s'est développée en France, notamment dans les campagnes, une vague de révoltes appelée la Grande Peur . Dans certaines régions, des paysans s'en prennent aux seigneurs, à leurs biens et à leurs archives, en particulier les terriers qui servent à établir les droits seigneuriaux .

La nuit du 4 août est une réponse à cette insurrection. L'Assemblée constituante  est en train d'élaborer la future constitution  ainsi que la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen lorsqu'elle reçoit des récits inquiétants à propos de l'instabilité qui sévit en France. Face à cette crise, deux solutions sont alors envisagées. La première veut réaffirmer les valeurs de la propriété, et donc mater la révolte. Cette solution est vite rejetée, car elle n'aurait fait que renforcer l'opposition des paysans au système féodal . La seconde solution envisage d’instaurer un réseau de bureaux de secours, qui permettraient d'aider les plus pauvres. Mais cette solution ne répond pas à l’urgence de la situation.

C’est donc pour sortir de ce blocage que naît l’idée de l'abolition des droits seigneuriaux, laquelle a probablement germé lors d'une réunion du Club breton  petit groupe de députés qui avaient pris l'habitude de discuter entre eux.


Le 3 août 1789, le duc d'Aiguillon lance au Club breton  l'idée d'une abolition des droits seigneuriaux. Le lendemain, en fin de soirée, le vicomte de Noailles propose à l'Assemblée nationale de supprimer les privilèges pour ramener le calme dans les provinces. Le Duc d'Aiguillon propose l'égalité de tous devant l'impôt et le rachat des droits féodaux. Tour à tour, dans une ambiance indescriptible, Le Guen de Kerangal, le vicomte de Beauharnais, Lubersac, lévêque de La Fare  vont surenchérir en supprimant les banalités, les pensions sans titre, les juridictions seigneuriales, le droit de chasse, l’abolition des privilèges ecclésiastiques.

Le duc du Châtelet propose alors le rachat de la dîme.

« Tout semblait fini. Une scène non moins grande commençait. Après les privilèges des classes, vinrent ceux des provinces. Celles qu’on appelait Pays d’État, qui avaient des privilèges à elles, des avantages divers pour les libertés, pour l’impôt, rougirent de leur égoïsme, elles voulurent être France, quoi qu’il pût en coûter à leur intérêt personnel, à leurs vieux et bons souvenirs. Le Dauphiné, dès 1788 (cf Vizille après la journée des Tuiles), l’avait offert magnanimement pour lui-même et conseillé aux autres provinces. Il renouvela cette offre. Les plus obstinés, les Bretons, quoique liés par leurs mandats, liés par les anciens traités de leur province avec la France, n’en manifestèrent pas moins le désir de se réunir. La Provence en dit autant, puis la Bourgogne et la Bresse, la Normandie, le Poitou, l’Auvergne, l’Artois. La Lorraine, en termes touchants, dit qu’elle ne regretterait pas la domination de ses souverains adorés qui furent pères du peuple, si elle avait le bonheur de se réunir à ses frères, d’entrer avec eux dans cette maison maternelle de la France, dans cette immense et glorieuse famille ! Puis ce fut le tour des villes. »
    —Jules Michelet,Histoire de Révolution française, Flammarion, 1897-1898

Enfin, Lally-Tollendal  termine la séance en apothéose en proclamant Louis XVI  « restaurateur de la liberté française ». En une nuit, les fondements du système par ordres s'effondrèrent. Les jours suivants, le clergé tente de revenir sur la suppression de la dîme, mais le président de l'Assemblée,Isaac Le Chapelier, n'ayant accepté que des discussions sur la forme, les décrets du 4 août sont définitivement rédigés le 11.

Dès le lendemain, Louis XVI  écrit à l’archevêque d’Arles :

« Je ne consentirai jamais à dépouiller mon clergé, ma noblesse. Je ne donnerai pas ma sanction à des décrets qui les dépouilleraient ; c’est alors que le peuple français pourrait m’accuser d’injustice et de faiblesse. Monsieur l’archevêque, vous vous soumettez aux décrets de la Providence ; je crois m’y soumettre en ne me livrant point à cet enthousiasme qui s’est emparé de tous les ordres, mais qui ne fait que glisser sur mon âme. Si la force m’obligeait à sanctionner, alors je céderais, mais alors il n’y aurait plus en France ni monarchie ni monarque. »

Louis XVI n'accorde sa sanction à ces décrets que contraint, le 5 octobre. Ainsi disparaissent les privilèges des ecclésiastiques, des nobles, des corporations, des villes et des provinces.

Toutefois, les droits féodaux sont déclarés rachetables, ce qui, en pratique, conduit à leur maintien jusqu'au 17 juillet 1793, quand la Convention vote leur abolition complète, sans indemnité, et le brûlement des titres féodaux


Le 2ème, je suis fière d'être née à cette date et cela correspond bien à ma personnalité.

Et  vous,  savez-vous ce qui s'est passé d'important le jour de votre naissance ?

et puis un nouvel article dans ma boutique

pochette coeur




Bonne journée


Partager cet article
Repost0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 07:06



Non elle n'est pas comme ça mais on peut toujours rêver !



Allez prenez une chaise installez-vous confortablement et regardez :

A cet endroit se dressera ma véranda qui sera un atelier de
24 m2 de quoi recevoir quelques futures
 brodeuses-bidouilleuses



Et voici la vue que nous aurons de cet atelier



de quoi déclancher l'inspiration des plus récalcitrantes !

Et c'est un site classé, donc il n'y aura jamais de constructions

Elle est pas belle la vie !

Bonne journée

Celle-ci non plus n'est pas pour moi









Partager cet article
Repost0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 11:36



Vous devez vous dire  cat est partie en vacances sans nous prévenir et bien non j'ai simplement fait 1300 Kms pour régler des petits problèmes familiaux. Et je suis en pleine création pour vos petits doigts.

Aujourd'hui j'arrive à la 1ère partie de mes projets je donne un cours de point de croix à une petite fille de 9 ans et à un handicapé léger et ils réaliseront une petite pochette avec leur broderie.

Ce n'est guère facile car mon atelier est pour l'instant dans ma chambre alors j'espère qu'il ne va pas pleuvoir pour travailler dans le jardin.
Tiens en parlant d'atelier je fais suite à l'article de Marie Christine qui demande si nous osons montrer notre atelier alors voici mon petit "bordel" excusez-moi mais il n'y a pas d'autres mots.

mon bureau "normalement"



ma table de travail
où je vous dévoile une de mes prochaine création en panne de velours
 et qui sera bientôt dans ma boutique



en dessous



étagères sur lesquelles se trouve tout un tas de trésors



là vous reconnaissez Georgia
qui aime tricoter mais qui pour l'instant à laché ses aiguilles
elle fait la tête car elle attend toujours sont ti grand père, son histoire ici



côté machine à coudre



Je vous montre pas tout mais il y aurait de quoi faire une dizaine d'articles

Bonne journée






Partager cet article
Repost0
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 20:00


Très en colère car pas d'internet depuis hier soir hélas cela arrive de temps en temps ici
 grr grr !!!!
enfin passons.

Grace à Myrcioud maintenant je sais faire et vais vous expliquer

Lorsque vous faites "ajouter une image" l'écran suivant se présente :
Vous devez cliquer où j'ai mis une croix



hélàs ça ne marche que si l'image est hébergé sur OVB et comme le nbre de photos est limité moi j'héberge mes photos sur Flickr enfin c'est toujours bon à savoir.

Si vous cliquer sur l'image ci-dessous vous la verrez en grand




Si quelqu'un à des tuyaux n'hésitez pas à nous en faire part

bonne soirée




Partager cet article
Repost0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 11:07

Aliénor d'Aquitaine et Louis VII


Dimanche je suis allée à Saint Jean d'Angely où avait lieu
 "LE FIL EN FETE".
Je me suis d'abord rendue à l'hôtel de ville dans la salle Aliénor-d'aquitaine dont l'histoire d'Aliénor me fascine.
Juste quelques lignes à son propos avant de vous
présenter mes achats

Aliénor d'Aquitaine est la fille aînée de Guillaume X, duc d’Aquitaine, lui-même fils de Guillaume IX le Troubadour, et d’Aénor de Châtellerault, fille de Aymeric Ier de Châtellerault, un des vassaux de Guillaume X.
Aliénor, « l'autre Aénor » en langue d'oc, est ainsi nommée en référence à sa mère Aénor. Le prénom devient Éléanor en langue d'oïl.

Elle reçoit l'éducation soignée d'une femme noble de son époque à la cour d’Aquitaine, l’une des plus raffinées du XIIe siècle, celle qui voit naître l’amour courtois (le fin amor), entre les différentes résidences des ducs d’Aquitaine : Poitiers, Bordeaux, le château de Belin où elle serait née, soit encore dans un monastère féminin[5]. Elle apprend le latin, la musique et la littérature, mais aussi à monter à cheval et à chasser.

Elle devient l’héritière du duché d'Aquitaine à la mort de son frère Guillaume Aigret, en 1130. Lors de son quatorzième anniversaire (1136), les seigneurs d’Aquitaine lui jurent fidélité. Son père meurt à trente-huit ans (1137), le Vendredi saint lors d’un pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle. Elle épouse alors l’héritier du roi de France Louis VI, le futur Louis VII. Deux versions sur la conclusion de ces noces sont possibles : soit, craignant que sa fille soit enlevée (et épousée) par un de ses vassaux ou de ses voisins, le duc Guillaume avait proposé au roi de France, avant de mourir, d’unir leurs héritiers, soit le roi fait jouer la tutelle féodale que le suzerain détient sur l'orpheline héritière d'un de ses vassaux, et la marie à son fils. Le domaine royal s'accroît de ces terres entre Loire et Pyrénées ; mais le duché d’Aquitaine n’est pas rattaché à la Couronne, Aliénor en reste la duchesse. L'éventuel fils aîné du couple sera titré roi
de France et duc d’Aquitaine, la fusion entre les deux domaines ne devant intervenir qu’une génération plus tard.

Si son histoire vous intéresse il y a beaucoup de livres la concernant.

Excusez-moi mais j'adore l'histoire et je ne peux m'empêher de parler des lieux qui ont une histoire alors comme ils ont tous une histoire il y aura d'autres articles sur mes visites mais je ferais court.

Alors voici mes achats

Avez-vous devinez ce que je vais faire
avec ces tissus ?



Avec ceux là j'ai déjà ma petite idée





Il y a de la couleur en effet j'en ai besoin en ce moment
ma tête est un peu sombre Oh ce n'est pas grave chez moi ça revient vite

Je vais quand même vous annoncer une grande nouvelle :

JE VAIS OUVRIR MON AUTO ENTREPRISE
dès que j'aurais ma maison fin d'année car où j'habite je ne suis pas chez moi
c'est une amie qui m'héberge et que je remercie chaleureusement.

Vous pourrez acheter sur mon blog :

des créations toutes faites
des kits  complets ou
seulement la fiche technique

Il y aura également une partie pour les débutantes

et je vous assure que vous arriverez à faire les mêmes choses que moi ceci pour celles qui disent :
"ça je ne saurais pas faire

Je donnerais également des cours dans mon atelier avec grand bonheur pour voir fleurir sous vos doigts agiles vos 1ères créations si si vous verrez !!

Alors pour tous renseignements vous pouvez me joindre en cliquant sur contact en bas de page

Bonne journée à toutes




Partager cet article
Repost0
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 10:31

Magnifique vitrail de Sainte Radegonde


Dimanche dernier je suis allée au vide grenier de Sainte Radegonde, j'ai acheté des perles mais j'ai surtout rencontré des femmes charmantes et très agréables et qui font de la dentelle au fuseau au sein de l'atelier de la Reine Radegonde et croyez moi elles font des merveilles. Regardez :





et le clou de cette expo, cette petite merveille que vous pouvez voir sur le blog de la gentille Brigitte qui est pleine de talent



Merci encore Mesdames pour votre chaleureux accueil

Maintenant un peu d'histoire
Mais qui était SAINTE RADEGONDE ?
Voici son histoire c'est un peu long mais si intéressant

Au milieu du Ve siècle, le royaume franc était troublé. Le roi de Neustrie, Childéric Ier, dut fuir en Thuringe. Il fut accueilli par le roi Basin et la reine Basine de Saxe son épouse. Quand les troubles en Neustrie furent apaisés, il y revint. Entre-temps, Childéric avait séduit la fille de ses hôtes Basine de Thuringe.

À la mort de Basin, le royaume de Thuringe fut partagé entre ses trois fils : Bodevie, Hermanfried et Berthaire. Il s'ensuivit une guerre fratricide. La princesse Basine de Thuringe se réfugia alors en Neustrie auprès de Childéric Ier.

ils s'épousèrent en 463 et de leur union naquit en 466, un fils, le futur Clovis Ier. Le frère de Basine, Berthaire, eut deux enfants, dont Radegonde en 519, qui est donc la nièce de Clovis.

Berthaire fut assassiné par ses deux frères. Bodevie fut ensuite aussi victime d'une coalition entre le roi de Metz, Thierry Ier, et son autre frère Hermanfried. Radegonde fut emmenée à l'âge de trois ans à la cour de Hermandfried. Mais Thierry Ier, exigeant une partie du royaume de Thuringe en échange de son soutien, forma une alliance avec Clotaire Ier, roi de Neustrie. Ils vainquirent l'armée thuringienne en 531. Radegonde devint à onze ans, avec son frère Hermanfried, la prisonnière de Clotaire Ier après tirage au sort[3].



Radegonde menée auprès du roi Clotaire. Vie de sainte Radegonde, XIe siècle.
Bibliothèque municipale de Poitiers.


Reine des Francs


Sainte Radegonde en costume de reine à la table du roi Clotaire. Scènes de la vie de sainte Radegonde. Vie de sainte Radegonde, XIe siècle, bibliothèque municipale de Poitiers.

Elle fut emmenée en France, à Saint-Quentin, puis à Athies dans le Vermandois. L'épouse de Clotaire, Ingonde, donna à Radegonde une éducation très religieuse. Elle apprit le latin et accrut sa foi par la lecture de textes religieux. Ingonde mourut en 538. Elle fut présentée au roi par un courtisan[4]. Clotaire voulut alors épouser Radegonde à Vitry-en-Artois. Celle-ci tenta d'abord de s'enfuir dans les alentours de Péronne. Rattrapée, elle dut se résoudre à la cérémonie, présidée par l'évêque saint Médard, à Soissons vers 538 ou 540. Le statut de reine rendait nécessaire le maintien de son rang par un revêtement illustrant sa puissance, mais aussi à confirmer la prospérité et la puissance du mari qui utilisait ce « trésors animé[5] » comme une vitrine. Ainsi, la reine prit place à un banquet en vêtements simples, afin d'affirmer son humilité chrétienne. De mauvaises langues demandèrent à Clotaire s'il avait épousé une nonne[6]. Durant le banquet, la discussion entre les époux fut presque violente, Clotaire tenta d'imposer sa volonté à son épouse qui réfutait l'édit royal. Pratiquant le jeûne, elle refusa de succomber au faste alimentaire du banquet, un serviteur dut prendre le pain pour le donner aux pauvres[7].

Radegonde se détacha de plus en plus des préoccupations mondaines pour mener une vie pieuse et charitable auprès des pauvres. Elle obtint le pardon de Clotaire et la libération de plusieurs condamnés à mort. Après que Clotaire eut assassiné Hermanfried, son frère, elle fut de plus en plus attirée par une vie de prières, alors que le roi la voulait toujours comme épouse et comme reine.

Consacrée diaconesse par saint Médard, elle fit d'abord un pèlerinage à Tours sur le tombeau de saint Martin. Elle alla ensuite demander conseil à saint Jean de Chinon qui vivait dans un ermitage troglodyte lequel existe toujours au-dessus de la ville. Elle se rendit ensuite sur la terre de Saix, Vienne, que Clotaire lui avait donnée et y fonda un oratoire et un hospice où elle s'occupait elle-même des malades : c'était un des premiers hospices organisés en France.



Sainte Radegonde en costume de reine à la table du roi Clotaire.
 Scènes de la vie de sainte Radegonde.
Vie de sainte Radegonde, XIe siècle,
 bibliothèque municipale de Poitiers.

Le miracle des avoines


Clotaire, qui avait d'abord accepté la vocation de la reine, changea d'avis : il envoya une troupe à Saix pour la ramener à la cour. Lorsque les soldats s'annoncèrent en vue de Saix, Radegonde s'enfuit vers le Sud à travers un champ d'avoine que des ouvriers étaient en train de semer. C'est alors que se produisit le miracle des avoines, la sainte reine fit instantanément pousser l'avoine pour s'y cacher. Questionnés par les poursuivants, les moissonneurs, purent affirmer qu'ils n'avaient vu personne dans le champ depuis le temps où cette avoine avait été semée. À partir de ce moment, Clotaire lui laissa suivre son chemin vers une vie consacrée à la religion.


Abbesse de l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers

Radegonde se retire, accompagnée du peuple, dans le monastère dédié à la Vierge qu'elle fonda à Poitiers. Vie de sainte Radegonde, XIe siècle. Bibliothèque municipale de Poitiers.

Elle se rendit à Poitiers où elle fonda le monastère Notre-Dame (devenu depuis Sainte-Croix). Le 25 octobre 552 (ou 553), elle entra dans le monastère Notre-Dame accompagnée de nombreuses jeunes filles, en présence d'une grande foule. Elle donna à ses compagnes une règle stricte. Avec Agnès, sa sœur spirituelle qu'elle tint à choisir comme future abbesse, et Venance Fortunat, poète italien qui deviendra le biographe de Radegonde, elle alla à Arles pour se renseigner sur la règle de saint Césaire afin de l'adopter. Elle se plaça sous la protection du Saint-Siège, pour être libre du pouvoir épiscopal.

Agnès devint abbesse du monastère. Venance Fortunat devint évêque de Poitiers. D'après une autre biographie, celle de Baudonivie composée vers 600, elle avait une grande vénération pour les reliques. Elle en rassembla un grand nombre qui seraient toujours au monastère Sainte-Croix, dont un fragment de la croix du Christ, qu'elle avait demandé et obtenu auprès de l'empereur Justin II. C'est à l'occasion de l'arrivée à Poitiers de cette insigne relique que saint Venance-Fortunat composa l'hymne Vexilla regis prodeunt. À la mort de Clotaire, elle use de sa réputation et de son autorité pour servir la paix entre ces fils. Radegonde aura le reste de sa vie une grande influence sur les grands de son époque, notamment Sigebert Ier, successeur et fils de Clotaire. Elle adressa une lettre-testament aux rois et évêques pour la perpétuation de son œuvre. Elle mourut le 13 août 587, à 68 ans, dans le monastère Notre-Dame. Elle fut enterrée dans l'église abbatiale Sainte-Mère-de-Dieu ou Sainte-Marie-hors-les-murs (aujourd'hui église Sainte-Radegonde) à Poitiers. Ses funérailles eurent lieu le 25 août 587 en présence de Grégoire de Tours. Pendant les invasions normandes, sa dépouille fut emmenée à l'abbaye Saint-Benoît de Quinçay, puis ramenée à Poitiers en 868.

De nombreux miracles lui sont attribués, notamment des guérisons miraculeuses, ce qui attira de nombreux pèlerins. Elle fut déclarée sainte peu de temps après sa mort.


Radegonde se retire, accompagnée du peuple,
dans le monastère dédié à la Vierge qu'elle fonda à Poitiers
.
Vie de sainte Radegonde, XIe siècle.
 Bibliothèque municipale de Poitiers.

J'espère ne pas vous avoir ennuyer avec cette histoire qui moi, m'a passionnée

Bonne journée




réf de cet article ici
Partager cet article
Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 08:39
Citation du jour :

Le vrai bonheur ne dépend d'aucun être
d'aucun objet extérieur. Il ne dépend
que de nous ...
Dalaï Lama

Voici le kit que domie63 (http://www.lesateliersdedomie.com/)

à gagner à mon petit jeu "une curieuse fleur " ici.

Tout d’abord le paquet :


 

on l’ouvre et l’on découvre :

Différentes laines dans les bleus, sa couleur préférée

Un morceau de toile à beurre qui sera le fond à piqueter

 

 

 

 

 

Un sachet avec des perles, boutons …

Et une feuille cartonnée

 

 

 

Merci Domi d'avoir accepter ce jeu et surtout amuses-toi bien

 

Bonne journée

 

 

 

Partager cet article
Repost0

MES ALBUMS SUR FLICKR

 

ART TEXTILE   CRAZY
http://farm4.static.flickr.com/3114/2281003841_13c16c35ed_b.jpg   http://farm3.static.flickr.com/2080/2132341879_8f57236413_o.jpg
ATC
  PATCHWORK
http://farm4.static.flickr.com/3110/3180455118_ceb2ee29c0_o.jpg   http://farm3.static.flickr.com/2079/2281767874_5c7f859bef_o.jpg

  BRODERIE

  AU RUBAN

       BRODERIE

TRADITIONNELLE

http://farm2.static.flickr.com/1136/5142857723_f52daec0f3_b.jpg

  http://farm4.static.flickr.com/3402/3670796997_cbcd5a37fb_b.jpg
  BIJOUX   TRICOT
http://farm3.static.flickr.com/2783/4060667641_93ef176eaa_o.jpg   http://farm5.static.flickr.com/4056/4706166510_80d80ecf20_b.jpg
  CROCHET

  CARTES

 TEXTILES

http://farm5.static.flickr.com/4125/4840726556_85b1a6e391_b.jpg
  http://farm3.static.flickr.com/2212/2280997543_efc69dfc63_o.jpg

 

 

 

 

 

    

 


  
 

 

     

 

       

 

 


 

 



 



remerciements à :

Annak : pleins d'astuces pour améliorer votre blog  

logo.gif 


annuai11.jpeg

annuaire